Critiques de livres : Les frères Karamazov - Journal d'Hirondelle - Beau rôle - Avant de dormir

Publié le par Mijakely

karamazovLes Frères Karamazov de Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski

Quatrième de couverture

L'odieux Féodor Karamazov est assassiné. De ses trois fils - Dimitri le débauché, Ivan le savant et l'ange Aliocha -, tous ont pu le tuer, tous ont au moins désiré sa mort.

Drame familial, drame de la conscience humaine, interrogations sur la raison d'être de l'homme, tableau de la misère, de l'orgueil, de l'innocence, de la Russie au lendemain des réformes de 1860, orgies, miracles, la richesse de ce roman de Dostoïevski, son dernier, et considéré comme son chef-d'oeuvre, ne sera jamais épuisée.

Le génie de Dostoïevski est à ce point divers que Nabokov a même osé écrire : « N'oublions jamais que Dostoïevski est avant tout un auteur de romans policiers... un maître du suspens. »

Mon avis

 

On pourrait avoir une appréhension à lire un livre comme celui ci. Un classique de 900 pages qui de plus est écrit petit. Pourtant le livre est relativement accessible. On pourrait se dire que ce livre est un polar mais pas seulement. On y trouve également beaucoup de réflexions sur la vie, la société, la politique et surtout sur la foi.

 

La première partie du livre dépeint les personnages et les relations des uns par rapport aux autres. Un père des plus mauvais, trois fils tous différents les uns des autres. L'existence d'une sorte de relation triangulaire entre le père, un des fils et une femme va aboutir à un drame. Tout l'intrigue a l'air simple, évident même prévisible. Simplement l'auteur a le génie de nous les présenter selon divers points de vues notamment par exemple lors de la plaidoirie au tribunal.

J'avoue je ne me suis pas ennuyée tout au long de la lecture cependant l'histoire n'est pas non plus des plus palpitants. Plaisant mais pas palpitant.

 

Un des faits marquant de ce livre fut les questionnements incessants sur l'existence de Dieu. On ressent vivement les doutes de l'auteur à travers ses personnages. Dieu existe t-il ou non tel est son tourment. Ces personnages sont divisés sur le sujet. Certains propos/arguments à l'encontre de l'existence de Dieu a dû choquer à l'époque de la sortie du livre. On va dire qu'il n'y va pas de main morte.

 

Par ailleurs c'est toujours assez intéressant de lire des classiques écrits à cette periode (au 19e siècle comme Tolstoï, les soeurs Brontë etc). La foi y est omniprésente. On nous peint une idéale de vie pieuse et respectée. Le sens de l'honneur retrouvé. Il y a également un point commun dans le style d'écriture. On prend le temps de décrire les sentiments, l'environnement des fois jusqu'à l'exagération. On essaie de décrire la psychologie des personnages jusqu'au plus intime. Ici les personnages réfléchissent beaucoup : pourquoi ? qui ? comment? Bon ça ne gêne pas forcément à la lecture. Ce fut une bonne lecture que je recommande bien à tous et spécialement à ceux qui aime ce style d'écriture tout droit du 19e siècle.

 

hirondelle

Journal d'Hirondelle de Amélie Nothomb

Quatrième de couverture

C'est une histoire d'amour dont les épisodes ont été mélangés par un fou.

Mon avis

 

Très intéressante l'imagination que Amélie Nothomb peut avoir. Ce qui est bien chez cette auteur c'est qu'elle y va à fond dans ses délires même si la plupart du temps ils sont complètement grotesques. Ce livre ne déroge pas à la règle. Bref, l'histoire de la naissance (d'ailleurs très peu convaincante) d'un tueur à gage et sa relation très particulière à la chair (ou plutôt corps) et bien sure Radiohead. Ici il n'y a pas de morale à tirer du livre. C'est assez rare et ce n'est pas mal d'en découvrir de temps en temps.
Pour ma part on ne peut être facilement d'accord avec les faits que présentent l'auteur. Je suis peu convaincu par l'existence d'une sorte d'interrupteur qui éteint le sentiment. Je ne suis pas d'accord mais je suis en permanence intriguée par ses théories loufoques. C'est peut  être ce que j'aime bien chez elle. N'empêche il est difficile ici d'aimer le personnage principal. Pour ma part difficile également de comprendre son obsession. Bref difficile d'aimer complètement ce livre malgré son originalité.

 

beauroleBeau rôle de Nicolas Fargues

Quatrième de couverture

Jeune premier plus si jeune ayant connu succès public au cinéma cherche rôle aux côtés actrice célèbre. Présente signe particulier mais demande être jugé sur pièce. Metteurs en scène franco-français s'abstenir.

Mon avis

 

Soyons direct ce livre m'a dérangé. L'auteur fait une fixation exagérée sur la couleur de peau. Comme si il détenait une vérité indiscutable sur ce sujet. A travers son personnage métisse il essaie de se mettre dans la peau d'un noir qu'il ne sera jamais. Certes l'auteur a vécu des années en Afrique et a côtoyé beaucoup de noirs dans sa vie mais ce n'est pas visiblement suffisant pour faire une généralité de ce que peut ressentir un noir. Il n'y a pas de vérité universelle sur le sujet. Prétendre et dire qu'une mère ou un père blanc pourrait être gêner ou embêter par la couleur de la peau et des origines de leur propre enfant métisse est d'une bêtise sans nom. On aura beau me dire que tout dans ce livre est de la fiction n'empêche c'est de la mauvaise fiction avec son personnage principal à l'ego surdimensionné. Ce livre reflète t-il juste l'obsession de l'auteur sur la couleur de la peau et sa conséquence directe sur soi? Je ne parlerai pas de racisme mais s'en est finalement pas si loin que ça!
AvantDallerDormir

  

Avant d'aller dormir de S.J. Watson

 

Quatrième de couverture
 
A la suite d’un accident survenu une vingtaine d’années plus tôt, Christine est aujourd’hui affectée d’un cas très rare d’amnésie : chaque matin, elle se réveille en croyant être une jeune femme célibataire ayant la vie devant elle, avant de découvrir qu’elle a en fait 47 ans et qu’elle est mariée depuis vingt ans. Son dernier espoir réside dans son nouveau médecin, Ed Nash. Celui-ci lui a conseillé de tenir un journal intime afin qu’elle puisse se souvenir de ce qui lui arrive au quotidien et ainsi reconstituer peu à peu son existence. Quand elle commence à constater de curieuses incohérences entre son journal, ce que lui dit son entourage et ses rares souvenirs, Christine est loin de se douter dans quel engrenage elle va basculer. Très vite elle va devoir remettre en question ses rares certitudes afin de faire la vérité sur son passé… et sur son présent.
 
Mon avis

Un chef d'oeuvre ? Non. Un bon livre ? Quand même oui. Dès le début du livre j'ai de lourde soupçon qui se confirme petit à petit. Le dénouement ne m'a pas du coup vraiment surprise. Mais avec le recul la fin est assez exceptionnelle. Je suis admirative de la capacité de cet auteur à décrire une histoire redondante avec un fort potentiel soporifique d'une façon finalement très intéressant et attrayant. Le livre est dans son ensemble très prometteur. Ça ne m'étonnerait pas qu'un jour il soit adapté au cinéma. C'est le genre d'intrigue qui plaît. Livre à lire, auteur à suivre.

Publié dans Lectures et CDs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article