Critiques de livres : Raison et sentiments - Fievre d'ombres - L'homme qui voulait vivre heureux - Un bonheur insoutenable

Publié le par Mijakely

raisonsentiments

 

Raison et sentiments de Jane Austen

Quatrième de couverture

Raison et sentiments sont joués par deux sueurs, Elinor et Marianne Dashwood. Elinor représente la raison, Marianne le sentiment. La raison a raison de l'imprudence du sentiment, que la trahison du beau et lâche Willoughby, dernier séducteur du XVIIIè siècle, rendra raisonnable à la fin. Mais que Marianne est belle quand elle tombe dans les collines, un jour de pluie et de vent.

 

Mon avis

 

Un beau livre. Je voulais comparer le style d'écriture par rapport à Emily Brontë vu qu'elles ont toutes les deux écrit à la même période. Ce que j'en ai retenu c'est que les deux styles sont diamétralement différents mais tout deux intéressants. Je confirme ici que le livre d'Emily Brontë Les hauts de hurlevent reste quelque chose d'exceptionnelle pour l'époque.

Quand j'ai refermé ce livre je me suis dit que je n'aurais pas aimer vivre à cette époque. Où l'apparence prend un si grand pas sur la spontanéité et le naturel. La société est tout en retenu. La chasse au mariage est ouverte, l'amitié entre un homme et une femme célibataire est socialement inexistant. Toute relation entre deux sexes célibataires différents est tout de suite vu comme une promesse de mariage. C'est un peu affligeant. A croire qu'à cette époque le but ultime de la vie c'est de se marier et augmenter son niveau social et financière en choisissant bien la bonne union. Là ou le livre excelle c'est dans la manière de présenter les deux soeurs qui sont sentimentalement très différentes. L'une met en avant la raison l'autre les sentiments. Deux aspects qui sont bien maîtrisés dans les récits. J'ai trouvé qu'il y avait un peu de mépris évident venant des deux soeurs envers les personnes qui manquent d'éducation et de raffinement par faute de moyen. Leurs ressentis quoique sûrement très dignes extérieurement sont finalement hypocrites à certains moment. Clairement ce ne sont pas des anges. Et c'est ce qui plaît. L'histoire est très bien construit. On reste scotcher au livre jusqu'à la dernière page. La tournure de l'histoire est un peu précipite à la fin surtout pour la plus jeune. Le happy end est un peu trop tiré par les cheveux. A la fin tout le monde est content et se plaît dans leur vie. Les méchants se repentent et mène une vie joyeuse. C'est ce qui je pense rendait le livre trop classique. Ça aurait pu même finir par tout est bien qui fini bien.

Malgré tout c'est un très bon livre. Un bon moyen de voir ce que vivait les anglais à cette époque. La place de l'amour  et du mariage par convenance dans la société. La place de la femme. Bref pleins de petites choses a découvrir et qui vaut le détour.
                                                                                           
Fièvre d'ombres - MacKayla Lane de Karen Marie Moning Fièvre d'ombres

Quatrième de couverture

"Rien n'est au-delà de mes capacités. Je suis tout.
 Vous êtes un livre. Des pages avec une reliure. Vous n'êtes pas né. Vous ne vivez pas.
Je ne connais pas la peur.
Que voulez-vous de moi ?
Ouvre les yeux. Vois-moi. Vois-toi.
Mes yeux sont ouverts. Je suis le bien. Vous êtes le mal."
Conversation avec le Sinsar Dubh                                 
           
Mon avis

Sitôt eu sitôt lu. Ce fut le dernier livre de la série MacKayla. Pour rappel, à la fin du livre précédent, l'auteur laisse le lecteur sur une situation insoutenable. Je commande le livre dès sa sortie. Quand je m'y suis plongée,  je ne l'ai plus lâché. On plonge directement dans la suite de l'intrigue. Tous les personnages présentent une face cachée .. on va de rebondissement en rebondissement. L'imagination de l'auteur ne s'est pas essoufflée. Certes il y a beaucoup de questionnement, de remise en cause et d'hésitations dans la petite tête de l'héroïne qui débordent trop à certains moment. Néanmoins ces pensées aident beaucoup le lecteur. L'intervention de Dani dans ce dernier opus était aussi un peu rare. Elle ne participera finalement pas tant que ça aux différentes étapes de l'histoire. Pour conclure, dans son intégralité c'est la meilleure de la série.
                                                                                                                                                     
vivreheureuxL’homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle

Quatrième de couverture

Imaginez… Vous êtes en vacances à Bali et peu de temps avant votre retour, vous consultez un vieux guérisseur. Sans raison particulière, juste parce que sa grande réputation vous a donné envie de le rencontrer, au cas où… Son diagnostic est formel : vous êtes en bonne santé, mais vous n’êtes pas… heureux. Porteur d’une sagesse infinie, ce vieil homme semble vous connaître mieux que vous-même. L’éclairage très particulier qu’il apporte à votre vécu va vous entraîner dans l’aventure la plus captivante qui soit : celle de la découverte de soi. Les expériences dans lesquelles il vous conduit vont bouleverser votre vie, en vous donnant les clés d’une existence à la hauteur de vos rêves.

Avec L’homme qui voulait être heureux, c’est tout un monde de possibilités nouvelles qui s’ouvre à nous à la lecture de cette histoire passionnante, où l’on découvre comment se libérer de ce qui nous empêche d’être vraiment heureux.
                                                                
Mon avis

Le livre qui donne à réfléchir sur sa propre vie. Julian est en bonne santé mais il n'est pas heureux. Un guérisseur essaie au fil du livre de lui démontrer à l'aide d'exemples simples les illusions que chacun peut former sur soi et sur les autres. Certaines visions m'ont convaincu et m'ont donné matière à réfléchir. Qu'est ce qui rend heureux, quels sont les obstacles qui empêchent d'y arriver, comment y arriver. Enfin, le livre est indéniablement intéressant. Les exemples présentés sont pour la plupart pertinents même s'il arrive qu'il y a quelques raccourcis et exagérations pour certains. Livre à lire donc.  
                                         
         
Un bonheur insoutenable de Ira Levin
bonheurinsoutenable
Quatrième de couverture

Dans le futur, les nations ont aboli les guerres et la misère. Mais à quel prix ? Gouvernés par un ordinateur géant, les hommes sont - à l'aide d'un traitement hormonal mensuel adéquat - uniformisés, privés de toute pensée originale. Dans un univers où il n'existe que quatre prénoms différents pour chaque sexe, le jeune Li RM35M4419 va hériter de son grand-père d'un étrange cadeau : un surnom, Copeau. Ce sera le début pour lui d'une odyssée qui va l'amener d'abord à s'accepter en tant qu'individu, puis à la révolte. Il n'est heureusement pas seul, d'autres ont décidé de se rebeller. Mais seront-ils assez forts pour lutter contre Uni, le super-cerveau informatique de cette humanité déshumanisée ?                                                               
   
Mon avis

Un livre de science fiction qui parle d'un monde totalitaire ou chaque individu est membre de la Famille et aime Uni le super ordinateur qui gère tout. A l'image de 1984 ou Le meilleur des mondes ce livre est époustouflant. Le monde est géré par Uni, Uni est bon, Uni aime la Famille, Uni décide de tout. Toute personne est traitée (ou plutôt droguée) périodiquement afin de refouler toutes tentatives de contestations et d'obéir sereinement à tout ce que Uni ordonne. Uni sait tout. Résultat : le monde est en sécurité. Mais au  sein de cette famille dont les noms sont limités à quelques prénoms, Copeau, se pose des questions et s'aperçoit vite qu'il n'est pas seul. Difficile pourtant  de se révolter quand on est traité (ou drogué) régulièrement.

Une aventure incroyable attend Copeau, de bonnes et de mauvaises (tout dépend du point de vue). Difficile pour lui de se faire sa propre place,  d'avoir des ambitions ... d'être libre. On arrive rapidement à la fin du livre. Même dans les dernières pages, l'auteur ne cesse de surprendre. J'ai beaucoup comparé ce livre a celui de Aldous Huxley. J'ai beaucoup aimé. L'auteur a beaucoup d'imagination, presque fascinant. Un monde tel qu'il le décrit pourrait bien exister. Flippant. A lire absolument.

Publié dans Lectures et CDs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article