Critiques de livres : Tous à Zanzibar - L'alchimiste

Publié le par Mijakely

tous-a-zanzibarTous à Zanzibar de John Brunner

Quatrième de couverture

Le XXIe siècle comme si vous y étiez. Ses villes où les gens dorment - légalement - dans les rues, où le terrorisme est un sport et les émeutes urbaines un spectacle. Surpeuplé, démentiel, tout proche. Un monde où l'on s'interroge sur la conscience de Shalmeneser, l'oracle électronique, et où un sociologue brillant, Chad Mulligan, prêche dans le désert.

Avec ce livre-univers, John Brunner a battu sur leur propre terrain les meilleurs spécialistes de la futurologie. Tous à Zanzibar a obtenu aux États-Unis le prix Hugo, en France le prix Apollo, et en Grande-Bretagne le prix de l'Association britannique de science-fiction. Un classique entre les classiques.

 

Mon avis

 

J'ai mis des semaines à finir ce livre.  Il sort incontestablement de l'ordinaire, cependant il gagne également le podium des passages complètement incompréhensibles. Dans les premières pages j'avais limite envie d'abandonner la lecture tellement ça avait l'air de ne pas être structuré. Il faut s'accrocher et ce n'est pas facile. L'entrée dans le livre se fait lentement très très lentement. D'un autre côté, je ne nie pas le talent de l'auteur sur sa perception du futur qui parait si réel et parfaitement assimilable de nos jours. Pour rappel ce livre a été écrit dans les années 60. Plusieurs passages sont évocateurs d'un monde qui ne tourne pas rond. Une surpopulation évidente, des lois drastiques sur la procréation, l'utilisation normale et legal de la drogue, les émeutes fréquents, la suprématie des ordinateurs qui ne peuvent qu'avoir raison, les complexes post-coloniaux etc.  Le monde pour moi ne marche pas droit dans ce livre. Et c'est affligeant sur certains côtés. On rentre malgré soi dans une analyse d'un monde qui pourrait être le futur si ce n'est déjà fait. Enfin, cet auteur est brillant et c'est dommage que ce livre soit si peu accessible sur plusieurs passages. Malgré tout je le recommande vivement.

 

alchimisteL'Alchimiste de Paulo Coelho

Quatrième de couverture

Santiago, un jeune berger andalou, part à la recherche d'un trésor enfoui au pied des Pyramides. Lorsqu'il rencontre l'Alchimiste dans le désert, celui-ci lui apprend à écouter son coeur, à lire les signes du destin et, par-dessus tout, à aller au bout de son rêve.


Merveilleux conte philosophique destiné à l'enfant qui sommeille en chaque être, ce livre a déjà marqué une génération de lecteurs.

 

Mon avis

 

Livre très particulier. Je pense sincèrement que soit on l'aime pour les idées et les principes qu'il véhicule, soit au contraire on le rejete pour les mêmes raisons. Moi pour ma part je suis dans la 2e catégorie de personne.  Je n'ai pas aimé pour une raison très simple : je ne crois pas au destin. La légende personnelle évoquée dans le livre pour moi c'est un peu du flan. A croire que pour réussir une vie, il faudrait tout quitter en se basant sur des rêves farfelus et en croyant dur comme fer que c'est le destin qui va tout gérer. En d'autres termes ... être bête.
Je suis naturellement optimiste dans la vie ... j'essaie toujours de voir les choses du bon côté (en général). Mais je crois également à l'effort, au travail, au mérite et à pleins d'autres choses qui sont plus terre à terre. Ce livre m'a donné une sensation de trahison. Pour moi c'est trahir que d'essayer de mener les lecteurs dans une vision de la vie pour moi fausse et en total décalage avec la réalité. Avoir la foi ne signifie pas suivre bêtement ce qui est dit ou écrit.  Je mets donc des réserves sur ce livre qui pourtant a un énorme succès à travers le monde. Dommage.

Publié dans Lectures et CDs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article